La manipulation, ses procédés et ses parades

Outils pour la reconnaître et y faire face

 

La manipulation peut revêtir de nombreux masques. En être victime peut être excessivement dommageable. Il est donc précieux de pouvoir s’en rendre compte le plus tôt possible et de disposer des outils utiles pour y parer. Cet article est extrait du livre « Les violences sournoises dans le couple » (édition Robert Laffont).

     Tous, pour atteindre nos objectifs, nous développons différentes stratégies et certaines manières de procéder qui peuvent avoisiner la manipulation. Est-ce pour autant que l’on peut nous coller l’étiquette « manipulateur » sur le front, avec toute la connotation péjorative du terme ? Bien évidemment la réponse est non, si atteindre notre but ne se fait pas au détriment des autres. Pour qualifier une personne de manipulatrice, il faut une constellation d’indices. Pour les découvrir il faut observer son interlocuteur mais aussi être à l’écoute de soi-même et être attentif à la dynamique de l’interaction. Être victime de manipulation peut être excessivement dommageable. Il est donc important de s’en rendre compte le plus tôt possible et de disposer des outils pour parer à ces manigances.

    Les manipulateurs se cachent sous de multiples visages. Ils sont aussi difficiles à identifier parce que leurs procédés aboutissent tous à activer une ou plusieurs règles implicites régissant les rapports sociaux ou des dispositions « naturelles » telles que la culpabilité, la tendance à douter de soi ainsi que certains rêves. Certaines personnes, bien que leur personnalité ne soit pas moins affirmée que celle d’autres personnes, sont donc plus à la merci des manipulateurs. La plupart des procédés utilisés par un manipulateur visent une seule et même chose : l’action librement consentie. Le manipulateur fait en sorte que nous nous comportions tel qu’il le souhaite et qu’en plus, nous ayons le sentiment d’agir de notre chef.

[…]

Être confronté régulièrement et longuement à un manipulateur ou à une manipulatrice génère une souffrance importante dont atteste la présence d’un ou de plusieurs des symptômes suivants :

– un manque croissant de confiance en soi ;
– un sentiment d’infériorité en présence du manipulateur ;
– une perte des repères ;
– une tendance à la rumination mentale des échanges avec lui ;
– des problèmes de sommeil : insomnie, cauchemar ;
– des troubles de l’appétit ;
– la somatisation : maux de tête, douleur abdominale, réactions cutanées,… ;
– état de stress, anxiété, irritabilité, fatigue, voire dépression ;
– etc.

La liste ci-dessous, non exhaustive, présente quelques uns des procédés régulièrement observés chez les personnes manipulatrices, classés en fonction de la disposition qu’elles cherchent à amplifier. La culpabilisation est une modalité défensive assez fréquente mais chez la personne manipulatrice elle s’accompagnera toujours de plusieurs procédés relevant de la déstabilisation et de la subjugation.

– il réveille nos instincts protecteurs en mettant en avant sa vulnérabilité ou en se présentant comme une victime ;
– il recourt à la comparaison avec autrui pour souligner nos manquements et nous pousser à nous conformer à son souhait ;
– il affirme tout mettre en oeuvre pour faire plaisir et se montre blessé ou outré face à la critique ce qui lui évite de se remettre en question ;
– il entend les avis contraires au sien, voire de simples commentaires comme des reproches ; 
– il confronte fréquemment son interlocuteur à des situations de double contrainte de sorte que quelle que soit l’attitude adoptée ce ne soit jamais celle qui convient ;

[…]

La déstabilisation

– il affiche le sourire même lorsque il est mis sur la sellette, comme si rien ne pouvait l’atteindre ; 
– il disqualifie les besoins, les sentiments et les valeurs de sa victime s’ils sont contraires aux siens ;
– il dénigre et dévalorise sous le couvert de pseudo encouragements ou compliments ;
– il fait peu de cas des opinions différentes de la sienne, convaincu de détenir la « vérité » ;
– il peut devenir ironique, sarcastique, voire injurieux, devant un refus ;
– il sème la discorde au moyen de sous-entendus qui créent de la suspicion, du doute, de la méfiance,… ;
-il nous incite à rompre avec les personnes influentes qui pourraient nous aider à y voir clair ;

[…]

La subjugation

– il utilise la flatterie pour séduire et s’attirer notre sympathie ;
– il change comme un caméléon en fonction des situations, des circonstances ou de son public ;
– il répond de façon vague aux questions qu’on lui pose et laisse le champs libre aux phénomènes de projection qui peuvent conduire à le percevoir autre (meilleur en fait) que ce qu’il est en réalité ;
– il communique au moyen d’un jargon réservé aux initiés afin d’en imposer et, si nous voulons comprendre, il s’étonne de l’ignorance de son public afin de creuser encore un peu plus le soi-disant fossé et d’amener autrui à se juger ignare ;

[…]

Les attitudes qui contrecarrent le manipulateur
– l’esprit critique ;
– l’écoute de ses propres besoins et ressentis ;
– l’analyse d’un malaise et l’identification des causes ;
– la capacité de dire « non » et de s’affirmer ;
– le respect de soi ;
– le sens de la répartie ;
– le maintien de la confiance aux personnes qui ont fait leurs preuves dans le passé ;
– la méfiance à l’égard de ceux qui critiquent d’une façon ou d’une autre vos proches ou qui instiguent contre eux ;
– la recherche d’informations directement auprès des personnes incriminées par les propos du manipulateur ;
– la force de refuser d’assumer les engagements et les responsabilités d’autrui ;
– la colère face à des reproches injustifiés ;
– la persévérance pour obtenir toutes les clarifications jugées nécessaires ;

Les attitudes qui mettent fin à la manipulation
– regarder la réalité en face et chasser la honte de s’être laissé(e) manipuler ;
– agir pour mettre fin au piège ;
– tenir à distance le manipulateur, si possible, ou prendre de la distance vis-à-vis de ses manigances ;
– afficher l’indifférence face à ses tentatives de dévalorisation, culpabilisation ou déstabilisation ;
– travailler à l’affirmation de soi ;
– arrêter de se justifier et utiliser une phrase du type : « si cela me plaît à moi…  » ;
– lister mentalement les contre-arguments lorsque les insinuations du manipulateur vous affectent plus que de raison ;
– se souvenir que les vrais amis agissent pour notre bien, au contraire du manipulateur qui dit mais ne fait pas ; 
– rire de l’humour mais rejeter l’ironie pernicieuse ;
– distinguer la critique constructive de la critique dévalorisante et, face à la seconde, demander à l’interlocuteur s’il a mieux à proposer ;
– prendre la liberté de refuser un service demandé, surtout si vous vous sentez contraint(e) ; la phrase suivante peut aider : « lorsqu’on pose une question, il faut être capable d’accepter un « oui » comme un « non » sans quoi il faut s’abstenir » ;
– faire respecter ses limites, ses besoins, ses désirs, … ;
– s’opposer au chantage affectif en disant que : « chacun est libre de penser et de ressentir ce qu’il veut » ;
– répondre brièvement ;
– renoncer à vouloir changer une personnalité manipulatrice (vos arguments ou votre amour n’y pourront rien changer).

Le lecteur intéressé par ce sujet pourra se référer à mon livre « Les violences sournoises dans le couple » (édition Robert Laffont). 

Isabelle LEVERT

Publicités

France – Serait-ce maintenant au tour de la Révolution d’être en marche ?


Publié le 11 décembre 2018 par Cuny Petitdemange

Le monde entier aura été le témoin de ce qui vient de se passer à Paris (comme à Bordeaux et dans telle ou telle grande ville), tandis que les Françaises et les Français ont eu la surprise de découvrir que les troubles étaient allés jusqu’à frapper certaines petites localités – tel le village du Pouzin (2800 habitants, en Ardèche) où 19 gendarmes ont été blessés.

Il paraît assez clair que le peuple français se trouve profondément déboussolé… D’où cela peut-il venir ? D’éléments qui concernent aussi bien l’espace que le temps, c’est-à-dire tout autant la situation mondiale dans l’ensemble de la géographie d’aujourd’hui que le moment historique précis dans lequel nous nous trouvons en tant que vivant en France, mais aussi dans un Empire tellement inachevé qu’il en devient branlant : l’Europe sous domination allemande.

Il y aura bientôt une trentaine d’années (une génération à l’échelle humaine) qu’avec l’appui des services secrets allemands agissant en Yougoslavie, et la complicité plus ou moins aveuglée d’un Mikhaïl Gorbatchev tombé sous le charme du chancelier allemand Helmut Kohl, les USA – c’est-à-dire les maîtres mondiaux de l’impérialisme depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale et la chute de l’Allemagne hitlérienne – avaient obtenu l’implosion du premier État ouvrier et paysan que le monde ait connu.

Mais dix ans plus tard, ce même monde commençait à découvrir que les Occidentaux avaient finalement échoué à se soumettre une Russie qu’ils avaient pourtant réduite à ce que Vladimir Poutine n’a pas hésité à rappeler dans son extraordinaire discours du 1er mars 2018 :
« Après l’effondrement de l’URSS, la Russie, connue sous le nom d’URSS ou de Russie soviétique à l’étranger, a perdu 23,8% de son territoire national, 48,5% de sa population, 41% de son PIB, 39,4% de son potentiel industriel (près de la moitié de notre potentiel, je voudrais le souligner), ainsi que 44,6% de sa capacité militaire en raison de la division des forces armées soviétiques entre les anciennes républiques soviétiques. L’équipement militaire de l’armée russe devenait obsolète et les forces armées étaient dans un état pitoyable. Une guerre civile faisait rage dans le Caucase, et les inspecteurs américains supervisaient le fonctionnement de nos principales usines d’enrichissement d’uranium. » (traduction et transcription : http://lesakerfrancophone.fr/discours-de-poutine)

Pour sa part, l’Europe, qui constitue un écheveau d’États imbriqués dans un système très hiérarchisé qui les place sous les fourches caudines du grand vainqueur du dépeçage des ex-pays de l’Est, l’Allemagne dite fédérale, ne sait toujours que répondre aux appels incessants de la France qui lui demande de venir, avec elle, ré-coloniser l’Afrique les armes à la main.

Ce petit impérialisme français, devenu criminel sur la scène mondiale à travers l’assassinat de Muammar Gaddhafi, croyait devoir toucher très vite le gros lot. Il suffit, pour s’en convaincre de relire cet article publié dans le journal La Tribune, à la date du 15 septembre 2011, par Sylvain Rolland :
«
Comme un retour sur investissement. Grâce à leur action décisive dans l’intervention de l’OTAN contre les troupes du colonel Kadhafi, la France et le Royaume-Uni ont été les premiers pays à avoir l’honneur d’être reçus, jeudi, dans la Libye – presque – libérée. La visite triomphante de Nicolas Sarkozy et du premier ministre David Cameron s’est déroulée comme prévu : bain de foule sur la place Tahrir de Benghazi – idéal pour les journaux télévisés de 20h -, soutien appuyé au Conseil de transition (CNT) pour l’instauration de la démocratie, appels à « terminer le travail » (l’expression est de Nicolas Sarkozy) pour capturer le colonel Kadhafi en fuite. »

C’est qu’il paraissait y en avoir, du pétrole… et sans doute pour pas cher… À ce prix-là, les taxes n’auraient sans doute été qu’une plaisanterie… Mais, de ce pétrole, nous n’en voyons pas la couleur…

Quant à la Syrie, ce n’est pas seulement l’après-guerre qui aura permis à la France de faire preuve de sa folie, c’est la guerre elle-même qui aura été perdue….

Or, c’est cela qu’il faut avouer : depuis 1918, la France n’a plus jamais rien gagné, à elle seule, sur le terrain même de la défense de son propre pays… quant aux territoires qu’elle croit pouvoir juguler… il vaut mieux pour elle ne pas croiser sur sa route un Vladimir Poutine, par exemple…

Mais elle a bien d’autres raison de dériver vers cette catastrophe assez générale que le peuple français ne peut pas manquer de pressentir à travers cette angoisse qui le prendra désormais de plus en plus à la gorge…

Tsahal s’attaque au premier tunnel du Hezbollah.


L’armée israélienne a indiqué que le tunnel d’attaque du groupe terroriste libanais a été découvert au sud du village de Kafr Kila au Liban, face à la ville israélienne de Metulla.

L'intérieur d'un tunnel d'attaque transfrontalier creusé par le Hezbollah depuis le village de Kafr Kila vers le territoire israélien, le 4 décembre 2018. (Crédit : armée israélienne)

L’intérieur d’un tunnel d’attaque transfrontalier creusé par le Hezbollah depuis le village de Kafr Kila vers le territoire israélien, le 4 décembre 2018. (Crédit : armée israélienne)

L’armée israélienne affirme avoir découvert le premier tunnel d’attaque transfrontalier creusé par le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah, au sud du village libanais de Kafr Kila, en face de la ville israélienne de Metulla.

« A l’heure actuelle, après avoir localisé le tunnel, les soldats de Tsahal mènent des opérations d’ingénierie et opérationnelles avant de le neutraliser », a indiqué l’armée.

Selon l’armée israélienne, le « tunnel terroriste » a pénétré en territoire israélien à partir du Liban.

Résultat de recherche d'images pour "premier tunnel du Hezbollah."

C’est le premier tunnel que l’armée a déclaré avoir découvert dans le cadre d’une opération nouvellement lancée – Bouclier du Nord – pour trouver et détruire les passages souterrains offensifs qui partent du Liban.

« Le tunnel a pénétré en territoire israélien, mais ne représentait pas une menace immédiate pour les habitants de la région », a précisé l’armée.

cd

Une carte fournie par Tsahal indique que le tunnel est entré en territoire israélien au sud de Metulla.

L’armée israélienne a déclaré que le tunnel découvert mardi a été creusé depuis une maison du village libanais de Kafr Kila, et parcourait le territoire israélien sur une quarantaine de mètres.

Elle a précisé que le tunnel mesurait au total 200 mètres de long et deux mètres de large, ce qui est considérablement plus grand que les tunnels creusés par le groupe terroriste du Hamas à Gaza.

Selon l’armée, il aura fallu deux ans pour creuser ce tunnel, probablement à cause des conditions du terrain à la frontière. Le tunnel est relié à l’électricité et aux lignes de communications.

Résultat de recherche d'images pour "premier tunnel du Hezbollah."

« Le Hezbollah utilise de l’équipement industriel pour creuser ces tunnels. Nous commençons à évaluer et analyser ces découvertes »,  déclaré le lieutenant-colonel Jonathan Conricus.

Dans un tweet en anglais, l’armée a déclaré que le tunnel avait été creusé « dans l’intention de blesser des civils israéliens ».

L’armée s’est félicitée de la découverte de ces tunnels. Selon Conricus, le programme du Hezbollah consistant à construire des infrastructures souterraines avait été gardé « ultra-secret » par l’organisation terroriste.

Le porte-parole de l’armée avait déclaré que les efforts mis en oeuvre par l’armée pour trouver et détruire ces tunnels étaient également restés très confidentiels.

« Tout a été très compartimenté. Seuls ceux qui devaient le savoir ont été impliqués dans cette opération », a déclaré Conricus.

Une carte fournie par l’armée a montré que le tunnel entrait en territoire israélien entre les communautés de Metulla et Misgav Am.

« Le tunnel entrait en territoire israélien mais ne représentait pas de menace immédiate pour les habitants de la région », a déclaré l’armée.

De retour de Bruxelles, le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’est exprimé dans un communiqué sur cette opération d’envergure.

Résultat de recherche d'images pour "premier tunnel du Hezbollah."

« Ce matin, l’armée israélienne a entamé l’opération Bouclier du nord, dont l’objectif et de mettre au jour et neutraliser les tunnels terroristes du Liban. Nous sommes fiers des combattants et des commandants de l’armée israélienne pour leurs actions complexes et leurs succès opérationnels aux stades préliminaires de cette opération. Quiconque tente d’attaque l’Etat d’Israël en paiera le prix fort. Nous prenons des actions décidées et responsables dans tous les secteurs, et ce simultanément. Nous continuerons avec d’autres mesures – publiques et confidentielles – afin de garantir la sécurité d’Israël, » a-t-il déclaré.

Benjamin Netanyahu est revenu ce matin d’une rencontre avec le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo portant sur la diplomatie et la sécurité. Il a informé le secrétaire d’Etat de l’opération Bouclier du nord et a déclaré que la construction des tunnels constitue une violation flagrante de la résolution 1701 des Nations unies.

Le Premier ministre a également réaffirmé que l’agression iranienne, qu’elle soit en Syrie, en Irak, au Liban ou ailleurs, devait être repoussée.

Le ministre de l’Education, membre du cabinet de sécurité, a salué mardi l’armée israélienne et ses commandants pour le « merveilleux travail de renseignement » dans la localisation des tunnels d’attaques du Hezbollah creusés jusqu’en territoire israélien.

Naftali Bennett a également salué la préparation aux travaux de destruction du tunnel découvert près de Metulla, affirmant dans un tweet qu’ « exposer et détruire les tunnels du Hezbollah est vital et nécessaire ».

L’armée a déclaré que l’opération se limitait au territoire israélien pour le moment, mais le porte-parole de l’armée Ronen Manelis a déclaré au micro de la radio militaire qu’elle devrait prendre davantage d’ampleur dans les jours à venir, suggérant que des soldats pourraient avoir à traverser la frontière pour se rendre au Liban.

Résultat de recherche d'images pour "premier tunnel du Hezbollah."

« Nous sommes préparés à toutes les options et l’opération n’en est qu’à son premier jour. La neutralisation des tunnels ne se déroulera pas nécessairement dans notre territoire », a-t-il dit.

L’armée a rejeté les allégations selon lesquelles le timing de l’opération Bouclier du nord était liée à des développements politiques, notamment la recommandation de la mise en examen de Netanyahu par la police.

« Il n’y a pas de cynisme ici », a déclaré Manelis.

Selon le second porte-parole de l’armée, le lieutentant-colonel Conricus, le calendrier de cette opération a été mis en place « il y longtemps ».

La Force de maintien de la paix des Nations unies (FINUL), a déclaré, quelques heures après l’annonce par l’armée israélienne de l’opération, que la situation à la frontière entre le Liban et Israël est « calme ».

« La situation dans la zone où opère la FINUL reste calme », a déclaré la porte-parole de la mission onusienne, Malene Jensen, dans un communiqué.

La FINUL est « en contact avec toutes les parties concernées » pour s’assurer qu’elles ont recours aux « mécanismes de coordination pour préserver le calme et la stabilité », a-t-elle ajouté.

La force onusienne a par la suite annoncé avoir « augmenté le nombre de ses patrouilles le long de la Ligne bleue, en collaboration avec l’armée libanaise, afin (…) d’éviter une escalade ».

De son côté, l’armée libanaise a fait part dans un communiqué de « sa totale disposition à faire face à toute situation d’urgence » et indiqué que ses unités accomplissaient « leurs missions habituelles le long de la frontière en coopération et en coordination avec la Finul ».

Résultat de recherche d'images pour "premier tunnel du Hezbollah."

Le conseiller américain à la sécurité nationale John Bolton a été le premier responsable étranger à commenter mardi l’opération israélienne menée contre les tunnels d’attaque du Hezbollah sur la frontière avec le Liban, exprimant son soutien aux « efforts d’Israël visant à défendre sa souveraineté ».

Dans un tweet, Bolton a appelé le groupe terroriste chiite libanais à cesser de creuser des tunnels en Israël et à s’abstenir de répondre à l’opération.

Il a également demandé à l’Iran et « à tous ses agents » de mettre un terme aux « provocations » qui menacent la sécurité de l’Etat juif.

L’ambassadeur israélien aux Etats-Unis Ron Dermer a plus tard remercié l’administration Trump pour son » soutien sans équivoque au droit d’Israël à l’auto-défense » contre ses ennemis de la région.

Dans son tweet, Dermer a noté que les Etats-Unis soutenaient les opérations israéliennes lancées contre les tunnels du Hezbollah, les roquettes du Hamas, l’enracinement de l’Iran en Syrie et « tous les autres éléments venant menacer l’Etat juif. »

Dans un tweet qui a suivi, Dermer a également remercié l’Egypte, le Qatar et les Nations unies pour leurs initiative continues visant à maintenir un cessez-le-feu à long-terme dans la bande de Gaza.

L’AFP et l’équipe du Times of Israël ont contribué à cet article.

Résultat de recherche d'images pour "premier tunnel du Hezbollah."

Publicités Report this ad Report this ad

Tolstoï Lev Nikolaievitch (1828-1910)

Un des auteurs russes les plus lus au monde, le comte Léon Tolstoï a considéré l’écriture tantôt comme une nécessité absolue tantôt comme un passe-temps bourgeois et superflu. Ecrivain prolixe dans sa jeunesse, il devint sur le tard, philosophe, avare de ses mots, mais ses talents ne se sont jamais démentis.

Toute sa vie à cheval

Tolstoï est le quatrième fils d’un noble, militaire, qui vit des rentes du domaine de Iasnaïa Poliana, à trois cent kilomètres au Sud de Moscou.  Cette propriété deviendra le point d’attachement de Tolstoï et de sa famille : il y exercera ses talents de propriétaire foncier, d’écrivain, de père de famille, de  maître d’école, de patriarche. Pourtant jeune orphelin de père et de mère, Tolstoï est contraint de quitter le paradis de son enfance, pour rejoindre Kazan où lui et ses frères sont élevés par une vieille tante. Il y fait de médiocres études à l’université, se montrant rétif au savoir pré mâché. D’ailleurs, dans ses œuvres, il s’attachera fréquemment à démontrer l’inanité de la science calcifiée, n’hésitant pas – dans Guerre et Paix à démonter le mythe national d’une armée russe organisée. Sans doute savait-il d’expérience – il a servi comme sous-officier durant la guerre de Crimée – que les batailles racontées dans les livres d’histoire ont peu à voir avec la réalité. A peine sorti de cette courte carrière militaire, en 1852, Tolstoï publie son premier récit. Une courte nouvelle, intitulée Histoire de mon enfance, qui est immédiatement saluée par les plus grands critiques et littérateurs de son temps : Nekrassov, Tourgueniev. Encouragé, il publie de nombreux récits inspirés de son séjour au Caucase dont Les Cosaques, Coup de main, L’opération de déboisement. Dès ces premières œuvres, les qualités de l’écrivain sont en place : capacité à chercher la vérité au-delà des apparences, à retranscrire par un tableau physique les sentiments profonds des personnages, intérêt pour les questions morales, maîtrise parfaite du rythme du récit. [Ce qu’explique très bien Nabokov, dans ses leçons sur la littérature russe, NDLR].
Ayant démissionné de l’armée, il rejoint son cher domaine où il tente avec maladresse d’améliorer le sort des serfs. Mais il se heurte à l’ignorance, à la méfiance, au gouffre social qui le sépare des paysans. Cette incommunicabilité, il la relate dans La matinée d’un Seigneur, qui paraissant six ans avant l’abolition du servage (1861), qui vient en corroborer la nécessité. Volontaire, désireux de faire lui-même changer les choses, il organise un réseau d’écoles aux alentours de Iasnaia Poliana, dans lesquelles il met en œuvre une pédagogie sans contraintes, qu’il veut guidée par le besoin et les savoirs des petits paysans. Puis il se marie et l’activisme de sa femme, Sophie Bers, qui prend en main le domaine, lui permet de se consacrer à nouveau entièrement à la littérature.  C’est alors qu’il entreprend sa première grande œuvre – Guerre et Paix – qui lui demandera six années de travail (1863-1869). S’il étudie à fond l’histoire officielle, il

Mêmes les américains ont aimé

prend avec elle beaucoup de liberté, affirme sa vérité qui passe par l’aventure individuelle de ses héros. Ainsi la bataille de Borodino où Pierre Bezoukov, une des figures marquantes du livre, erre sans but, prend la forme d’un immense chaos ne devant rien à la stratégie des généraux. Le roman, fresque historique et psychologique d’une grande justesse reçoit un accueil enthousiaste du public. Bientôt, Tolstoï entame la rédaction de son deuxième ouvrage majeur, Anna Karenine (1873-1877). Avec ce roman, Tolstoï affine sa description de la bourgeoisie russe mais il aborde également un de ses thèmes favoris : la sincérité dans le couple. Précédemment abordé dans Le bonheur conjugal (1859), il reprendra ce thème dans l’un des ses derniers romans La sonate à Kreutzer (1887).  La conception que Tolstoï a de l’amour, basée sur son expérience propre, est loin d’être optimiste. Ainsi, quand bien même les héros d’Anna Karenine parviennent-ils à s’unir, bravant qui la timidité, qui les interdits sociaux, la solitude des cœurs reste la règle avec la mort pour seule issue. De fait, à compter des années 1880, Tolstoï est obsédé par l’idée de sa mort. Il veut la surmonter, lui survivre. Et le voici emporté par ce que d’aucuns décriront comme une crise mystique, il réécrit l’Evangile, fustige l’hypocrisie de l’Eglise, dénonce la misère et tente – autant que faire se peut  – de se défaire de ses privilèges. Paré d’une chemise du moujik, il coud ses

Un livre exceptionnel et tout petit !

bottes, fauche son blé, renonce à ses droits d’auteur. Il écrit moins, des ouvrages plus courts, plus cinglants, moins nuancés. Son dernier roman – Résurrection –  où il dénonce la machine carcérale – lui vaut d’être excommunié par le Saint Synode en 1901, il a alors soixante treize ans. Neuf ans plus tard, le vieux barbu, qui n’écrit plus que son journal, quitte un domicile où les crises conjugales se succèdent, bien décidé à recommencer sa vie. La mort le cueille en chemin, sur un quai de gare. Avec Gorki, Tolstoï est le seul écrivain qui ait intéressé les bolcheviks qui voyaient en lui le fidèle reflet de son époque car s’il savait exprimer la lassitude du peuple face aux privilèges exorbitants de la noblesse, mais en prônant la non résistance au mal, il avait été incapable d’y trouver une issue.

Article rédigé par « Sibir » et publié chez Larousse, Dictionnaire de la Russie, collection A présent

Netanyahou attendu au Soudan ou comment Israël est en train de briser son isolement régional


Par Strategika51 le 26 novembre 2018 • ( 5 Commentaires )

La normalisation des relations entre Israël et les pays arabes et africain est en voie d’être totalement achevée ou rendue publique. Après Oman, la prochaine visite du premier ministre israélien Benjamin Netanyahou doit le mener au…Soudan !  
Soutenue par l’impulsion arabe, c’est une véritable OPA israélienne sur l’Afrique orientale et centrale qui est menée tambour battant.

L’une des raisons évoquées du rapprochement israélien avec le Soudan et le Tchad est la réduction du temps de vol entre Israël et l’Amérique du Sud où les israéliens investissent dans l’extrême sud du continent, non loin de l’Antarctique occidental.

L’Arabie Saoudite, les Émirats Arabes Unis, le Bahreïn, le Koweït, Oman, la Turquie, l’Azerbaïdjan, l’Égypte, la Jordanie, le Soudan, l’Ethiopie, le Tchad, le Kenya, la Libye, la Mauritanie, le Niger, le Nigeria, le Ghana, la Tunisie et le Maroc sont les pays avec lesquels Israël entretient de très bonnes relations officielles ou officieuses et lesquelles seront à l’avenir renforcées. Sauf pour la Syrie et à condition que son régime se maintient, les autres pays de la région ne tarderont pas à suivre ce mouvement de fond.

C’est la première fois qu’Israël réussit à briser l’isolement diplomatique formel dans lequel il est confiné depuis des décennies. 

Fuite Historique – Israël reconnaît secrètement que les Juifs ashkénazes sont en fait Khazars : Le plan secret pour renverser la migration en Ukraine !!! (times of Israël)

25Juin

475px-Khazar_1

Guerrier Khazar

Hallucinant ce que raconte ce papier du times of Israël (que j’ai traduit … ) : on est les seuls à en parler, mais c’est historique : ainsi on apprend  qu’Israël reconnaît que les Juifs ashkénazes  sont en fait Khazars , dont Netanyahou , et qu’un plan secret pour libérer une partie de la Palestine et envoyer les colons en Ukraine est étudié !  « Netanyahou est prêt à faire des sacrifices douloureux pour la paix, même si cela signifie renoncer à une partie de notre patrie biblique en Judée et en Samarie. »  C’est fort non ? (allooo ?! c’est le « times of Israël « ce que vous allez lire !)   

Revue de presse 2013-2014 Z@laresistance 

Les Abonnés des affaires du Moyen-Orient savent deux choses: toujours s’attendre à l’inattendu, et jamais vendre a peau de l’ours de Binyamin Netanyahou !.

Seulement hier sont arrivées des nouvelles que des rebelles syriens prévoient de donner à Israël le plateau du Golan en échange de la création d’une zone d’exclusion aérienne contre le régime d’ Assad. Dans un geste encore plus audacieux, il a été révélé maintenant, que Israël se retirera ses colons des communautés au-delà des blocs de colonies et qu’elle les réinstallera au moins temporairement en Ukraine. L’Ukraine a fait cet arrangement sur la base des liens historiques et en échange d’une aide militaire dont elle a  désespérément besoin contre la Russie. Cette tournure surprenante des événements avait une origine encore plus surprenante : la génétique, un domaine dans lequel les chercheurs israéliens ont longtemps excellé .

Une peuple turque guerrier qui est un mystère

Il est bien connu que, dans le courant du huitième au neuvième siècles, les Khazars, un peuple turc de guerriers, converti au judaïsme , ont régné sur un vaste domaine dans ce qui est devenu le sud de la Russie et de l’Ukraine. Qu’est-ce qui leur est arrivé après que les Russes ont détruit leur empire autour du XIe siècle,  resta , un mystère. Beaucoup ont spéculé que les Khazars sont devenus les ancêtres des Juifs ashkénazes.

Schnitzler1857.emp

Les Arabes ont longtemps cité l’hypothèse Khazar dans les tentatives de nier la revendication historique juive de la terre d’Israël. Au cours du débat de l’ONU sur la partition de la Palestine, Chaim Weizmann a répondu ironiquement: « c’est très étrange. . Toute ma vie j’ai été un Juif, me sentait comme un Juif, et j’apprends maintenant que je suis un Khazar « Dans une veine plus folklorique, le Premier ministre Golda Meir l’a si bien dit: » Khazar, Schmazar. Il n’existe pas de peuple Khazar. Je ne connait pas de  Khazars A Kiev. Ou Milwaukee. Montrez-moi ces Khazars dont vous parlez « .

KhazAxe1

Le Contrarien hongrois et ex-communiste , le scientifique Arthur Koestler a emis  l’hypothèse Khazar à un large public avec La Treizième Tribu (1976), dans l’espoir que de réfuter une identité commune juive « raciale », en finirait avec l’antisémitisme. De toute évidence, cet espoir n’a pas été remplie. Plus récemment, l’ historien israélien Shlomo Sand, de l’aile gauche, dans L’Invention du peuple juif a emmené la thèse de Koestler dans une direction où il n’avait pas l’intention, en faisant valoir que, parce que les Juifs étaient une communauté religieuse descendu de convertis, ils ne constituent pas une nation ou n’avaient pas besoin d’un état à posséder. Toutefois, les scientifiques ont rejeté l’hypothèse Khazar car la preuve génétique ne s’y additionne pas . Jusqu’à maintenant . En 2012, le chercheur israélien Eran Elhaik a publié une étude qui prétend prouver que l’ascendance Khazar est le plus grand élément dans les gènes Ashkenazi. Sand  déclara qu’il avait raison, , et les organes progressistes comme Haaretz et The Forward ont claironné les résultats.

Israël semble enfin avoir jeté l’éponge. Une équipe d’élite de chercheurs de grandes institutions de recherche et des musées vient de publier un rapport secret du gouvernement, reconnaissant que les Juifs d’Europe sont en fait des Khazars. (Que cela se traduise par une autre proposition visant à réviser les paroles de «Hatikva» , ça reste à voir.) A première vue, cela semble être la pire des nouvelles, étant donné l’insistance acharnée du Premier ministre sur la nécessité d’une reconnaissance palestinienne d’Israël comme un «Etat juif» et la stagnation des négociations de paix. Mais d’autres l’ont sous-estimé à leurs risques et périls. Quelqu’un a plaisanté, quand la vie vous remet un Etrog, vous construisez une soucca.

Parlant en off , il a expliqué (Netanyahu) : «Nous avons d’abord pensé que d’admettre que nous sommes vraiment Khazars était un moyen de contourner l’insistance d’Abbas , qu’aucun Juif ne peut rester dans un Etat palestinien . . Mais quand il a refusé d’accepter cela, il nous a obligés à réfléchir à des solutions plus créatives.L’invitation ukrainienne pour les Juifs à revenir était une aubaine. Déménager tous les colons d’Israël dans un court laps de temps serait difficile pour des raisons de logistique et de l’économie. Nous ne voulons certainement pas une autre embrouille , comme avec l’expulsion des colons Hitnatkut  de la bande de Gaza [désengagement].

« Nous ne parlons pas de tous les Juifs ashkénazes qui reviendraient en ‘Ukraine. Évidemment, ce ne serait pas pratique.

S’exprimant sur un fond profond, une source bien placée dans les milieux du renseignement a déclaré: «Nous ne parlons pas de tous les Juifs ashkénazes revenant en Ukraine. Évidemment, ce ne serait  pas pratique. La presse fait ses exagèrations habituelles et  sensationnalistes; C’est pourquoi nous avons besoin de la censure militaire « .

Khazaria 2.0 ?

Tous les Juifs qui souhaitent y retourner (en Ukraine) seraient le bienvenu, dans un retour sans conditions de citoyeneté, d’autant plus si elles prennent part à la perfusion promise de l’aide militaire massive israélienne, y compris les troupes, l’équipement et la construction de nouvelles bases. Si le transfert initial fonctionne, d’autres colons de Cisjordanie seraient encouragés à déménager en Ukraine, ainsi. Après, l’Ukraine qui sera soutenue , rétablira le contrôle sur tout son territoire, l’actuelle République autonome de Crimée redeviendrait un domaine autonome juive . Le successeur à petite échelle de l’empire médiéval des Khazars (comme la péninsule, aussi, a été autre fois connue) serait appelé, en yiddish, Chazerai.

SprunerCarl.det.1000

les Khazars n’ont pas eu à vivre dans les «frontières d’Auschwitz».

« Comme vous le savez, » le porte-parole a continué, « le premier ministre l’a dit maintes et maintes fois: que nous sommes un peuple ancien et fier dont l’histoire remonte 4000 ans. La même chose est vraie des Khazars: tout juste de retour en Europe , mais tout à fait aussi longtemps. Mais regardez la carte: les Khazars n’ont pas eu à vivre dans  les «frontières d’Auschwitz».

EmpCharlMonin.1841.500

« Comme l’a dit le premier ministre, personne ne dira aux Juifs où ils peuvent ou ne peuvent pas vivre,  sur le territoire historique de leur existence en tant que peuple souverain. Il est prêt à faire des sacrifices douloureux pour la paix, même si cela signifie renoncer à une partie de notre patrie biblique en Judée et en Samarie. Mais alors il faut s’attendre à ce que nous exerçions nos droits historiques ailleurs. Nous avons décidé que ce sera sur les rives de la mer Noire, où nous étions un peuple autochtone depuis plus de 2000 ans. Même le grand historien non-sioniste Simon Dubnow dit que nous avions le droit de coloniser la Crimée . C’est dans tous les livres d’histoire. Vous pouvez regarder . « 

Vieille-Nouvelle Terre?

De la mer Noire, montrant la présence Khazar en Crimée et les régions côtières: Rigobert Bonne, Imperii Romani Distracta. Pars Orientalis, (Paris, 1780). Remarque Ukraine et Kiev en haut à gauche. A droite: la mer Caspienne, a également marqué, comme c'était la coutume, comme la mer Khazar

« Nous aimerions penser que c’est une sorte de patrie-loin-de la-maison », a ajouté la source de renseignement anonyme. « Ou l’original, » dit-il avec un clin d’oeil. « Après tout, Herzl a écrit sur la Vieille-Nouvelle Terre , n’est-ce pas? Et la transition ne devrait pas être trop difficile pour les colons parce que, vous savez, ils vont encore se sentir comme s’ils étaient des pionniers : : l’expérience  du danger, construire de nouveaux logements,  porter des armes. Les femmes pourront continuer à porter des foulards sur la tête, et la nourriture ne sera pas très différente de ce qu’ils mangent déjà « .

Avec le recul, nous aurions dû voir tout ça venir, a déclaré un vénérable du  Département d’Etat arabisant, : un rapport peu remarqué sur le fait que la Russie avait sévi sur la contrebande d’objets Khazars  d’Israël , les décisions de l’ Espagne et du Portugal de donner la citoyenneté aux descendants des Juifs expulsés , ainsi que la preuve que les anciens soldats de Tsahal ont été déjà en tête des milices à l’appui du gouvernement ukrainien . Et maintenant, peut-être aussi la possibilité que le jet de Malaisie manquant a été détourné vers l’Asie centrale .

Un journaliste vétéran du Moyen-Orient a déclaré: «C’est un problème, mais d’une manière perverse, et brillante. D’un seul coup, Bibi a réussi à confondre, amis et ennemis. Il a mis la balle dans le camp des Palestiniens et a soulagé la pression des Américains, sans réellement faire de véritables concessions. Pendant ce temps, en alignant avec les rebelles syriens et l’Ukraine, ainsi que la Géorgie et l’Azerbaïdjan, il compense la perte de l’alliance turque et met la pression sur Assad et l’Iran. Et le nouvel accord   chypriote-israélien sur le gaz aide l’Ukraine et affaiblit l’effet de levier économique des Russes et des Etats pétroliers du Golfe. Tout simplement génial. « 

Réactions du monde entier

Compte tenu de la confluence du week-end et des vacances de Purim et le jour de la Saint-Patrick, les journalistes sont en quête pour obtenir des réponses. Réactions du monde entier coulait po

• Les membres du Conseil des colons Yesha , certains d’entre eux , ont été pris complètement au dépourvu. Toujours se méfier de Netanyahu, qu’ils considèrent comme un opportuniste habile plutôt que allié idéologique fiable, ils ont refusé de commenter jusqu’à ce qu’ils aient en outre évalué la situation.

La plupart des réactions à la hâte sont tombés dans les catégories prévisibles.

• Les groupes antisémites de droite se sont jetés sur l’histoire comme justification de leurs théories du complot , affirmant que c’était l’aboutissement de siècles d’ancien régime des Juifs pour venger la défaite des Khazars par les Russes au Moyen Age, une reprise de l’appui d’Israël pour la Géorgie en 2008 . « Les Juifs ont la mémoire aussi longue que leur nez, » a déclaré un.d’eux

un continuum de la conquête et de la cruauté?

• De Ramallah, un porte-parole du Fatah a déclaré que l’offre était un début, mais ne va pas assez loin vers la satisfaction des exigences palestiniennes. Brandissant une image d’un guerrier Khazar provenant d’un artefact archéologique, il a expliqué:

Il existe un continuum de la conquête et de la cruauté. C’est très simple, la génétique ne ment pas. Nous voyons les résultats aujourd’hui: le régime sioniste et  les forces brutales d’occupation sont les descendants de barbares belliqueux. Les Palestiniens sont les descendants des pasteurs pacifiques, en fait, des anciens Israélites que vous avez prétendu à tort comme étant  vos ancêtres. Par ailleurs, il n’est pas vrai, cependant, que vos ancêtres n’ai jamais eu un temple à Jérusalem .

 

475px-Khazar_1

Read more: Leaked report: Israel acknowledges Jews in fact Khazars; Secret plan for reverse migration to Ukraine | Jim Wald | Ops & Blogs | The Times of Israel http://blogs.timesofisrael.com/leaked-report-israel-acknowledges-jews-in-fact-khazars-secret-plan-for-reverse-migration-to-ukraine/#ixzz35fAkYE1E /// TRADUCTION resistanceauthentique.wordpress.com 
http://blogs.timesofisrael.com/leaked-report-israel-acknowledges-jews-in-fact-khazars-secret-plan-for-reverse-migration-to-ukraine/#ixzz35NStO9yQ

Note de Vatic : Ce qui suit est peut-être satirique, comme indiqué dans la section commentaires de l’article, et si tel est le cas, c’est si proche de la vérité que le cote satirique est presque totalement manqué. Au moins la mise au point sur les Khazars est faite et non réfutée, plutôt que d’être simplement moquée comme c’est le cas pour ceux qui prennent cela très peu au sérieux. Ce que nous avons ici est une idée sérieusement envisagée, surtout si les résidents actuels sont sérieux au sujet de leur propre rapatriement.

http://vaticproject.blogspot.com/2014/06/leaked-report-israel-acknowledges-jews.html#more /  Merci à VAL