À Mr Moncef Marzouki, Président de la Tunisie …

ob_2d38e6eb36e56aeef1cfaba9498ac233_images

Monsieur le Président, j’ai écouté votre intervention réalisée au Koweit concernant la situation en Syrie et viens y répondre en tant que simple citoyen n’appartenant à aucun parti politique donc sans engagement et sans calcul prédéfini; je ne suis pas d’accord avec votre position sur ce qui se passe en Syrie, position restant partiale et totalement erronée.

D’abord il s’agit d’une ingérence flagrante et déplacée envers un pays frère qui a toujours eu de bonnes relations avec la Tunisie, il aurait été préférable de calmer le jeu et de ne pas jeter de l’huile sur le feu; ensuite de quelle révolution syrienne parlez-vous ? En réalité il s’agit d’une horde de mercenaires rassemblés à la va-vite par des pays voisins, armés et financés par deux pays pétroliers que vous connaissez et que je n’ai même pas besoin de nommer; une opposition politique divisée constituée essentiellement de gens incompétents et assoiffés de pouvoir.

N’avons-nous pas suffisamment de problèmes dans notre pays pour aller donner des leçons aux autres ? N’est-il pas préférable de commencer par nettoyer devant notre porte ?

Je vous les rappelle très rapidement , 47000 milliards de nos millimes de dette extérieure, près d’un million de chômeurs dont une bonne partie sont diplômés, une inflation galopante qui érode le pouvoir d’achat de nos citoyens, une fuite de capitaux réalisée en catimini, une insécurité grandissante et organisée dans la plupart de nos régions dont une bonne partie reste jusqu’à ce jour délaissées, un système bancaire à la dérive boitant chaque mois un peu plus, une oligarchie inexpérimentée qui s’installe peut-être pour très longtemps, une assemblée constituante qui a coûté plus de 124 milliards en salaire seulement jusqu’à ce jour, des frontières devenant de véritables passoires d’armes de toutes sortes, de drogues et de trafics divers, d’insécurité dans nos villes et nos campagnes malgré la bonne volonté des forces de l’ordre qui semblent dépassées faute de moyens etc… etc…

Monsieur le Président, Romain Roland a dit dans ‘Jean-Christophe’ « Il faut connaître ses limites et les aimer » N’avait-il pas raison ?

De quel droit engagez-vous tous vos compatriotes alors que vous savez pertinemment qu’une bonne majorité d’entre eux ne partage pas votre avis sur la Syrie ?

Dans ce pays frère, la situation reste très compliquée, très enchevêtrée car des mains diaboliques tirent les ficelles chaque jour un peu plus à coup de milliards de pétrodollars et de tonnes d’armes de toutes sortes, et à la tête de cette conspiration le gouvernement américain et tous les nains qui gravitent autour avec une distribution des rôles pernicieuse et destructrice dans le but de restructurer la région moyen-orientale dans sa totalité pour s’accaparer de toutes ses richesses naturelles au profit de l’oncle Sam.

Sommes-nous devenus des mercenaires ou tout simplement de pitoyables mendiants pour résoudre nos problèmes économiques coûte que coûte afin de garder un pouvoir politique éphémère ?

Vous savez bien mieux que quiconque que l’exemple wahhabite n’est pas applicable dans notre pays, la Tunisie vaut bien plus que cela, qu’ils gardent leurs pétrodollars et qu’on garde notre identité arabo-musulmane comme nous la définissons nous et au-dessus de tout, notre honneur.

Le seul souci du régime de la famille Al Saoud, depuis les accords secrets entre le président Roosevelt et le roi Abdelaziz al Saoud sur le Quincy (se résumant en pétrole contre pérennité du pouvoir) est de ne pas laisser la révolution authentique des peuples qui secoue le monde arabe contaminer leur pays et fragiliser leur règne.

Monsieur le Président, le 23 octobre 2011 ma femme et moi avons voté pour vous, croyez-moi cette erreur nous ne la referons plus car vous nous avez déçu; je reste très sincère avec votre personne que je respecte énormément pour votre vaste culture, votre intelligence et votre franc-parler mais pour la Syrie vous êtes, si je peux me permettre de le dire, à côté de la plaque… alors-là totalement !

Monsieur Moncef Al Marzouki, Président de la Tunisie, recevez mes meilleures salutations, avec tout le respect que je vous dois.

Mustapha Ben Mansour, un simple citoyen parmi tant d’autres.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s