L’ennemi des Arabes est l’Occident impérialiste, Israël n’étant qu’un accessoire …

Nous ne devons pas nous voiler la face notre ennemi est l’Occident, le sionisme et Israël ne sont que des appendices; c’est en Europe qu’est né le sionisme et le gouvernement anglais qui a été à l’origine de la création de cet état artificiel et voyou; l’Occident est la source de tous nos maux, c’est lui qui a colonisé l’Afrique et exploité ses ressources, c’est lui qui va jusqu’à voler nos populations; cet Occident est un véritable vampire qui s’est habitué à sucer le sang des peuples, c’est lui que nous devons combattre par tous les moyens à notre disposition; le peuple arabe n’a besoin ni de sa technologie ni de son progrès bidon ni de sa civilisation en pleine déconfiture.

Quant à moi si j’en avais les moyens je romprais tous nos liens avec lui de manière irréversible et rejoindrais le camp du « BRICS », c’est la seule solution qui nous reste pour nous développer de manière correcte et durable; ce sont nos régimes qui ont été installés par eux qui empêchent nos peuples d’évoluer; ces régimes ne font qu’appliquer une politique qui a été dictée pour en contre-partie garder le pouvoir …

http://www.ism-france.org/…/L-Occident-imperialiste-et-la-s…

https://mbenmansour.wordpress.com/…/mbenmansour.wo…/2015/07/

http://reseauinternational.net/etats-voyous-et-grandes-voyoucraties/

La bassesse de l’Occident impérialiste prédateur et de son appendice Israël …

Un des plus gros mensonges, la sécurité d’Israël, un pays soi-disant en danger mais qui détruit tous ses voisins avec la bénédiction de l’Occident impérialiste; en 1967, il était aussi en danger de mort mais a doublé sa superficie, aujourd’hui comme hier il prétend toujours être en danger de disparition et ça marche puisque les armes affluent de toutes parts, les milliards de dollars aussi, mais cet état voyou continue à pleurnicher et à demander de l’aide … le pauvre chéri !!!
Six sous-marins nucléaires de type « Dolphin » offerts par les anciens « Nazis », ça reste bon à prendre il ne faut pas faire la fine bouche, ce n’est pas le moment … 225 millions de dollars offerts par l’Oncle Sam pour renforcer le dôme de fer, des tonnes et des tonnes d’obus pour remplacer ce qui a été déversé sur Gaza, l’équivalent de plusieurs bombes atomiques.

Voilà ce que l’Occident impérialiste soutient … Les nouveaux Huns des temps modernes, et ces gens-là nous parlent de démocratie, de droits de l’Homme, répètent comme des perroquets « Israël a le droit de se défendre » … Où vit-on ?
Un Occident tombé si bas par aveuglement et cupidité, restant d’une mauvaise foi sans concurrent excepté par le judéo-sionisme !!!

http://www.bbc.com/news/world-middle-east-29074260

Un commentaire pertinent et honnête d’un citoyen belge honorable !!!

Jean-Marc Flament 20 octobre 2015

La crise syrienne a été provoquée par des agitateurs et mercenaires occidentaux (américains, anglais, français, israéliens) pour déstabiliser le régime d’Al Assad. Comme ces mercenaires se sont mêlés à la population (souvent contre son gré) , les forces du régime ont effectivement tiré sur la population mais les témoignages de Syriens sont formels : ils ont été embrigadés dans cette rébellion malgré eux. La responsabilité de la crise syrienne est donc à 100% du côté des occidentaux qui cherchent à déclencher une 3e guerre mondiale parce que leur économie, assujettie à l’oligarchie financière mondiale, est dans le 36e dessous.

Les mercenaires occidentaux ont été très vite dépassés par les troupes d’Al-Qaïda et par celles de Daesh, ce qui a marqué un tournant dans la volonté d’envoyer des volontaires (belges, français) en Syrie. Au départ, ceux-ci étaient encouragés. Puis, quand on s’est aperçu qu’ils rejoignaient les rangs d’Al-Qaïda, et revenaient se livrer à des attentats, on les a officiellement condamnés. Pour autant, les mercenaires occidentaux ne se sont pas privés de rejoindre Al-Qaïda dans ce groupe de résistants baptisés Al-Nostra que les dirigeants européens et américains appellent « l’opposition modérée » à Bachar Al Assad.

Ceci montre la connivence entre les régimes occidentaux et les islamistes qu’ils soient d’Al-Qaïda ou de Daesh. A qui croyez-vous que Daesh vend son pétrole? Aux occidentaux, via la Turquie, et à Israël ! Pourquoi croyez-vous que les frappes américaines n’ont pas réussi à stopper Daesh? Parce que Daesh est leur allié au même titre que l’Arabie Saoudite et les États du Golfe dont les imams poussent la population à rejoindre les rangs de l’État Islamique alors qu’officiellement leur gouvernement le condamne. Mais, s’agissant d’États religieux, les condamnations officielles n’ont de valeur que pour les gogos de la population occidentale qui veut croire, en dépit de toutes les preuves de mensonges, à la bonne foi de leurs dirigeants. Les 4×4 Toyota de Daesh viennent en droite ligne des États-Unis ! Leurs armes sont également occidentales !

Les Russes et les Iraniens présents en Syrie, ont été appelés par un régime officiel agressé. Ils sont donc dans leur droit en massacrant aussi bien les troupes de Daesh que celles d’Al-Nosra et les mercenaires américains, français ou israéliens qui les servent. Les Syriens sont clairs envers les occidentaux : quittez la Syrie, vous n’avez rien à y faire. Même les Chrétiens de Syrie, qui étaient protégés sous le régime d’Al Assad, comme l’étaient aussi les Chrétiens d’Irak sous Saddam Hussein, leur tiennent le même langage.

Les ingrédients d’une 3e guerre mondiale sont tous présents en Syrie. Les Russes ne la cherchent pas. Ils multiplient les offres de coordination avec Israël et avec les USA pour éviter les bavures mais les Américains et les Français n’en veulent pas. Pour eux, il existe de bons terroristes (ceux d’Al-Qaïda) et de moins bons dont ils souhaitent pourtant la victoire. Ces terroristes les servent en fomentant de temps à autre un attentat sur notre territoire , destiné à nous faire accepter un contrôle absolu de notre vie privée et la restriction de nos libertés individuelles.

S’il y avait la moindre once d’honnêteté dans un seul des dirigeants occidentaux, la création monétaire serait immédiatement retirée aux banques privées et aux banques centrales, ainsi qu’au FMI. Des monnaies nationales verraient le jour au service de la population et non d’une caste privilégiée d’actionnaires qui possèdent déjà 50% des richesses mondiales (produites par les 99% ) acquises par une escroquerie.

Je suis un citoyen belge, retraité, sans ambition personnelle, mais néanmoins lucide. Si une bavure survient en Syrie, pour servir de prétexte à une 3e guerre mondiale, elle aura été provoquée par les Français, les Israéliens ou les Américains. Dans une telle occurrence, souvenez-vous à quel point nos dirigeants ont été intransigeants et sans pitié pour nos frères grecs et à quel point ils nous rançonnent, avec leurs politiques d’austérité, pour enrichir le gros capital (lequel, dans toutes les guerres, a toujours financé les deux camps) . Donc, en cas de conflit mondial, j’appelle nos militaires à prendre le pouvoir et à juger les dirigeants de leur pays pour trahison de leur population au profit d’une dictature financière. J’appelle la population à se révolter contre ses propres représentants et à les livrer à l’ennemi en échange de la paix. N’ayez aucun scrupule. Si vous ne le faites pas tout de suite, ces salopards n’en auront pas non plus pour se réfugier à l’étranger tandis que vous servirez de chair à canon.

Moïse Maïmonide, le guide des égarés

Moïse Maïmonide le guide des égarés

Moïse Maïmonide ou Rambam, est un médecin, philosophe, et rabbin andalou du 12ème siècle.

Non seulement il fut un des premiers intermédiaires entre Aristote et les docteurs de la scolastique catholique (Albert le Grand et Saint Thomas). Mais c’est surtout au sein de la société juive qu’il a opéré une véritable révolution intellectuelle en introduisant de l’ordre dans les compilations talmudiques, en protestant contre l’interprétation purement littérale de la Loi, et en essayant de concilier la religion judaïque avec la philosophie. II a été l’inspirateur non seulement du grand mouvement de philosophie juive du XIIIe siècle, mais encore le guide intellectuel des grands philosophes juifs postérieurs, Spinoza, Mendelssohn et Salomon Maïmon ainsi que des penseurs chrétiens, comme Thomas d’Aquin en particulier..

Rabbi Moshé ben Maimon, les Chrétiens occidentaux le connaissent sous le pseudonyme de Moïse Maïmonide et les Musulmans sous le nom de Mussa bin Maimun ibn Abdallah al-Kurtubi al-Israili, est né le 30 mars 1135, à Cordoue, sur les rives du Guadalquivir, en Espagne islamisée, il est issu de la dynastie des Maïmonides, une longue lignée de rabbins et de hauts dignitaires juifs. Le fait que la date précise de sa naissance soit connue, témoigne de la renommée du personnage.

Son père, rabbi Maïmon ben Yossef, le dayan (juge rabbinique), sage et érudit, dirige la communauté juive de Cordoue sous le règne des tolérants Almoravides. Il l’instruit en théologie, mathématiques et astronomie. Quelques enseignants arabes et juifs complètent sa formation en philosophie et médecine. Le jeune Maimonide alliait à son talent naturel, une soif d’apprendre, une volonté de fer et une grande pureté de mœurs. C’était l’époque de l’âge d’or judéo-musulman.

Il était enfant, alors que sa mère Rebecca s’affaiblissait de plus en plus, malgré les soins prodigués par Abbas, le Mufti de Cordoue. C’est Moshé qui apportait à Rebecca les plantes médicinales préparées par Abbas pour la soulager, mais elle finira par décéder de maladie laissant deux fils et une fille. Cet événement, déterminera Moshé à devenir médecin, et l’engagera à se poser la question du devenir de l’âme et à approfondir sa quête mystique.

En 1148, l’intolérance et les persécutions religieuses contre les chrétiens et les juifs d’Espagne, des nouveaux princes Almohades (combattus par Averroès), musulmans fanatiques au pouvoir en Espagne, imposent la conversion, la mort violente par décapitation, ou la fuite.

Vers l’âge de 13 ans, il fut contraint à l’exil . La famille Maïmon émigra vers le Maghreb , où le jeune Moïse s’instruisit en sciences juives et profanes. Il lut Aristote, Hippocrate, Galien, et  bien d’autres et prit connaissance des écrits dAverroès .

5 ans plus tard, la ville de Fès fait aussi face à l’intolérance ce qui pousse la famille à partir pour Eretz Israel en Palestine. Mais encore une fois, ils doivent partir car la « Terre sainte » est sous le contrôle des croisés menés par Richard Coeur de Lion.

C’est ainsi que la famille Maïmonide se retrouve en Egypte où elle prend très vite racine. 

Après la mort de son père et de son frère, il devient  médecin des pauvres et des riches, des juifs et

des arabes. Il fut un des plus célèbres herboristes et phytothérapeutes, et reste une référence jusqu’à nos jours. Sa réputation comme philosophe talmudiste et comme médecin sera telle qu’il devint le médecin de la cour des Fatimides , du vizir Al-Fadhil et de son entourage puis du sultan Salah-Al-Din qui revint en Egypte après avoir bouté les croisés hors de terre d’Islam.

Il préside le Collège Rabbinique et s’occupe ardemment de la communauté juive d’Égypte dont il est bientôt nommé chef, « Naguid » et son représentant auprès du souverain et à ce titre responsable de l’organisation intérieure et des règlements judiciaires. Il eut de ce fait de nombreuses correspondances avec les représentants de différentes communautés y compris en dehors de l’Égypte.

Le Guide des égarés

Écrit en arabe, « Dalâlat al-hâ ’irin » signifie « ce qui montre le chemin à ceux qui ne l’ont pas trouvé ».

Il tente de mettre en accord l’enseignement de la Torah et de ses commentaires avec la philosophie d’Aristote. Il persiste à considérer la Loi comme la révélation des plus hautes vérités mais, quand le texte de la Loi est contredit par une proposition scientifiquement démontrée, il rejette le sens littéral et lui substitue une interprétation allégorique.

Dans cet ouvrage Maimonide procède à une analyse minutieuse des textes bibliques en essayant d’en découvrir et d’en cerner la signification exacte, à travers les symbolismes et les allégories du texte sacré. Pour cela il s’inspirait du rationalisme et de la logique d’Aristote, dont il avait pris connaissance dans les traductions et les commentaires d’Aristote par Averroès

 « Il n’y a aucun moyen de percevoir Dieu autrement que par ses œuvres ; ce sont elles qui indiquent son existence et ce qu’il faut croire à son égard, je veux dire ce qu’il faut affirmer ou nier de lui. Il faut donc nécessairement examiner les êtres dans leur réalité, afin que de chaque branche de science, nous puissions tirer des principes vrais et certains pour nous servir dans nos recherches métaphysiques. Combien de principes ne puise-t-on pas, en effet, dans la nature des nombres et dans les propriétés des figures géométriques, principes par lesquels nous sommes conduits à connaître certaines choses que nous devons écarter de la Divinité et dont la négation nous conduit à divers sujets métaphysiques ! Quant aux choses de l’astronomie et de la physique, il n’y aura, je pense, aucun doute que ce ne soient des choses nécessaires pour comprendre la relation de l’univers au gouvernement de Dieu, telle qu’elle est en réalité et non conformément aux imaginations »

— Moïse Maïmonide, Guide des égarés.

Maïmonides le médecin

A l’instar d’Averroès et fort de cette quête de la vérité par la science, rambam s’illustre par de nombreuses avancées dans la médecine.

Un trait marquant de Maïmonide est sa conception expérimentale, de la médecine. Bien qu’instruit des théories et pratiques de ses prédécesseurs (exemple: Avicènne), il ne se fie pas nécessairement à leur parole, et n’hésite pas à mettre en doute des remèdes établis, ainsi que son propre jugement lorsque l’état du malade ne s’améliore pas.

C’est à la demande d’Al-Afdhal que Maïmonide réalise la plupart de ses traités médicaux, notamment le Traité sur l’asthme, la Guérison par l’esprit, et d’autres.

Ses œuvres seront traduites de l’Arabe au Latin et seront les plus consultées, avec celles d’Avicènnes, Galien et hippocrates, par les médecins de la renaissance.

Ainsi, alors que les fanatiques religieux de tous bords se massacraient en Terre Sainte et au nord de l’Espagne, Moïse Maimonide fit progresser la pensée juive, musulmane et occidentale. Son exemple devrait être suivi par les Hommes d’aujourd’hui quelque soit leur confession.  

sources:

http://www.youtube.com/watch?v=YzijDjZYkDw

http://www.akadem.org/sommaire/themes/limoud/les-maitres/maimonide/autour-de-maimonide-et-averroes-21-12-2010-12114_320.php

http://www.youtube.com/watch?v=8MzGdjuVuGM

L’arme ultra-secrète qui permet à Poutine d’assoir sa suprématie dans la guerre radio électronique en Syrie

 La Russie savait dès le départ que les systèmes de surveillance aérienne et spatiale de l’OTAN étaient en mesure de contrôler toute l’activité des avions militaires russes basés en Syrie. Grâce aux avions de reconnaissance américains RC135, aux avions britanniques Sentinel R1, aux avions-radars AWACS et aux drones (avions sans pilote d’observation) Predator, déployés aux frontières de la Syrie, il est possible d’intercepter : le trafic radio sur les réseaux russes, le nombre et le type d’aéronefs, les trajectoires de vol, le type d’arme utilisé, les objectifs ciblés chez les rebelles et leur emplacement. Surtout que la plupart des groupes rebelles en Syrie sont armés et soutenus par les États-Unis et peuvent être avertis à temps pour chaque opération.

Awacs

Les médias ont présenté longuement les types de bombardiers russes opérant en Syrie, les armes dont ils sont équipés et qu’ils utilisent pour les frappes aériennes ainsi que les résultats de ces frappes. La plus sophistiquée, « l’arme secrète » avec laquelle les russes ont imposé leur suprématie en matière de guerre électronique (EW-Electronic warfare), reste entourée de mystère. Reste également enveloppé de mystère le redoutable système russe de collecte et de traitement de l’information. Ces deux catégories d’armes constituent le complexe automatisé C4I (commandement, contrôle, communication, computers, information et l’interopérabilité) que les Russes ont créé en Syrie. Il permet l’identification des cibles des bombardements et leur répartition parmi les différents types d’avions, tout en empêchant l’OTAN de découvrir quoi que ce soit du modus operandi des Russes. En l’absence d’un minimum d’informations, l’OTAN ne peut pas déclencher de contre-mesures électroniques (ECM) efficaces contre les Russes en Syrie.informatii-computere

Les moyens de guerre électronique terrestres, navals et aériens que la Russie a déployés sur le théâtre des opérations militaires de la Syrie permettent de surveiller l’intégralité du spectre électromagnétique pour localiser les émetteurs de l’ennemi et les brouiller. La guerre électronique s’étend aujourd’hui au brouillage des communications, des radars et des surveillances électro-optiques. Les équipements modernes générateurs de contre-mesures, y compris dans le spectre visible, infrarouge ou laser, utilisent des moyens de surveillance électro-optiques aériens et spatiaux (IMINT) pour contrecarrer les Russes dans l’anéantissement de l’EI. Pour protéger le dispositif contre les moyens de recherche de l’OTAN, les Russes ont déployé en Syrie, plusieurs Krasukha-4. Les avions russe Su-24, Su-25, Su-34 sont équipés de conteneur de brouillage SAP-518/ SPS-171, et les hélicoptères Mi-8AMTSh avec des Richag-AV. A cela s’ajoute le navire Priazovye (de classe Vishnya), appartenant à la flotte russe de la mer Noire, qui a été déployé en mer Méditerranée, près de la côte syrienne. Ce navire est spécialisé dans le brouillage et la collecte des informations de type SIGINT et COMINT (interception de tous les réseaux de communications).krasukka-4

Le Krasukha-4 est un équipement à bande large mobile, monté sur le châssis 8 X 8 de type BAZ-6910-022, qui brouille les radars de surveillance des satellites militaires, les radars au sol et aériens de type AWACS et ceux montés sur des avions sans pilote (drone). Le Krasukha-4 est le seul système capable de brouiller les satellites-espions américains de la famille Lacrosse/Onyx. Ces satellites évoluent sur orbite basse et sont équipées de SAR (Synthetic Aperture Radar) qui leur permet de pénétrer la couche de nuages ainsi que le sol ou les murs des bâtiments, avec une résolution de 20 cm.

Quelles ont été les conséquences des mesures de guerre radio électronique mises en place par les Russes en Syrie? L’équipement Krasukha-4 disposé sur la base aérienne russe de Hmeymim (gouvernorat de Lattaquié) crée un bouclier d’invisibilité pour les objets dans les airs et au sol avec un rayon de 300 km. Le Krasukha-4 est en mesure « d’aveugler » les radars de détection et de guidage des missiles antiaériens MIM-104 Patriot situés sur la frontière turque, et également les radars des avions de chasse F-16C turcs décollant de la base de Incirlik, concourant ainsi à créer une « zone d’exclusion aérienne » au-dessus de la Syrie. La base aérienne d’Incirlik se trouve non loin de la ville d’Adana, à 140 km au nord de Lattaquié.Latakia-map

Sous la protection des Krasukha-4 et d’autres systèmes de brouillage, des dizaines d’avions russes n’ont pas été détectés par l’OTAN durant leur vol et leur atterrissage en Syrie, mais seulement quelques jours après qu’ils soient arrivés sur la base aérienne Hmeymim.

Comment les avions de combat russes sont-ils arrivés en Syrie sans que personne ne s’en aperçoive ?

À la suite des mesures de guerre électronique appliquées par les Russes, les rebelles islamistes « modérés » qui étaient informés par les États-Unis à partir de 2013, sur tous les mouvements de l’armée syrienne, n’ont plus eu de données sur la concentration en secret des troupes syriennes sur l’axe Lattaquié-Idlib (Nord de Lattaquié), Lattaquié-Hama (à l’Est de Lattaquié) et Lattaquié-Homs.syria-map

Cela a permis à l’armée syrienne, appuyée par des bombardiers russes, de déclencher des actions offensives avec des blindés pour reprendre aux rebelles le contrôle du segment Idlib-Hama-Homs de l’autoroute M5 qui relie Damas à Alep.

Offensive de grande envergure de l’armée nationale syrienne

Rappelons qu’en Syrie, l’armée russe a créé un système de surveillance-frappe au sein duquel la collecte et le traitement de l’information est stratifié sur plusieurs niveaux. Le premier niveau d’information est destiné aux unités de sécurité des cantonnements des troupes russes en Syrie (aéroport de Lattaquié et port de Tartous). Ceci est assuré par 4-6 mini avions et hélicoptères sans pilote (UAV) de type de ZALA, ultralégers et silencieux, propulsés par un moteur électrique, avec un rayon d’action jusqu’à 30 kilomètres.

Pour détecter les cibles pour les missions de bombardement de moyenne distance, les Russes utilisent 36 avions sans pilote type Yakovlev Pchela-1T et Orlan-10, et pour la surveillance de la totalité du territoire syrien, ils utilisent des drones de reconnaissance Dozor 600 ou Altius, similaires aux MQ-1B Predator américains.

Pour la surveillance de l’ensemble du territoire syrien, les Russes ont également déployé des avions de reconnaissance ELINT, de type Il-20M1, équipés de radar Kvalat-2, qui peuvent détecter des avions, des véhicules terrestres et des pièces d’artillerie jusqu’à une distance de 300 km. L’avion Il-20M1 est, de plus, équipé de système d’interception et de brouillage de toutes les communications militaires, radars et téléphonie mobiles, ainsi que d’un appareil photo haute résolution (A-87P).

Valentin Vasilescu

L’impérialisme américain en action …

%d blogueurs aiment cette page :